Ma vision du design sensoriel citée dans un article du Monde :

« La société bordelaise Résonances, qui réunit depuis fin 2012 une dizaine d’experts des cinq sens, a étudié le cas des patients au bloc opératoire. Vue sur le plafond depuis sa civière, éclairage néon dans les yeux, portes qui claquent, contact froid du métal…

Voilà de quoi rendre le séjour pré et postopératoire angoissant. Pour réduire le stress, le projet (à l’étude actuellement dans un hôpital parisien) comprend une panoplie de solutions : de l’habillage des plafonds en trompe-l’œil, façon ciel d’été, aux murs lumineux qui apaisent – celui qui est déjà installé à l’hôpital londonien pour enfants Great Ormond Street –, jusqu’au revêtement des structures en acier des brancards par un matériau plus chaleureux, quoique hygiénique.

« Plus la société s’automatise, s’informatise, plus le besoin est grand de renouer avec le corps, en toute bienveillance, souligne Laurent Campagnolle, le fondateur de Résonances. Du RER qui traverse les tunnels sans égard pour les oreilles des voyageurs aux bureaux sans cloisons ou sans fenêtres, on constate une forme de maltraitance des humains. »

le monde